Ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle

Dans un contexte urbain en pleine mutation, les besoins des entreprises se transforment, et les compétences, les savoir-faire, les qualifications des Bruxellois.es chercheurs.es d’emploi et des travailleurs n'évoluent pas toujours aussi rapidement.

Le Ministre Bernard Clerfayt veut orienter la politique en matière d’Emploi et de Formation professionnelle selon les grands axes définis dans la déclaration de politique régionale (DPR).

Nous devons agir pour que les transformations en cours deviennent des opportunités pour les Bruxellois. Voici quelques-uns des axes définis par le nouveau Gouvernement bruxellois pour la législature 2019-24 :

  1. La formation professionnelle, levier essentiel d’une politique d’emploi efficace

La formation professionnelle est un des leviers essentiel pour accroître l’employabilité des Bruxellois. Afin de le renforcer ce levier il est crucial d’adapter et de faire évoluer l’offre de formation en fonction des besoins des entreprises.

Le revenu de formation sera mis en place dans le cadre des contraintes de la législation fiscale et dans un souci d’avantage effectif pour les bénéficiaires potentiels.

La formation en entreprise et la formation en alternance seront également intensifiées pour répondre aux difficultés de recrutement des entreprises.

  1. Développer les partenariats public-privé

En renforçant les structures de coopération ou en les mettant en place, le Gouvernement veut mobiliser les acteurs publics et privés travaillant sur le territoire. Les pôles formation-emploi, prévus par un accord-cadre sectoriel seront mis en place.

Quatre pôles sont d’ores et déjà prévus pour les secteurs du transport et de la logistique, de l’industrie technologique, de la construction et de l’ICT. Le Gouvernement soutiendra aussi la création d’un pôle lié à l’alimentation.

  1. La Garantie Solutions pour tous

En direction des chercheurs d’emploi, l’accompagnement individuel sera renforcé et il leur sera proposé : soit un emploi, soit un stage, soit une formation, soit une validation de compétences.

Dans les quartiers à déterminer, une expérimentation de projets pilotes «Zéro chômeur de longue durée» sera poursuivie en partenariat avec les acteurs de terrain. Les premières conclusions d’expériences similaires menées en France et les analyses en cours permettront de définir les modalités opérationnelles du projet.

  1. Des emplois durables et de qualité

Le Gouvernement lancera la réforme du dispositif de « congé-éducation payé » pour en faire un outil de formation continue, essentielle dans le cadre de la mutation du marché du travail.

De manière transversale, le Gouvernement veillera à renforcer la durabilité et la qualité des emplois : conciliation vie professionnelle – vie privée, ciblage des métiers d’avenir liés à la transition environnementale, mise en place des cellules de reconversion emploi-formation en vue du reclassement et de la reconversion des travailleurs ou tout autre dispositif ayant le même objectif.

  1. Une politique d’emploi inclusive

Les statistiques rassemblées par Unia révèlent une hausse des discriminations à l’embauche. Sur la base de l’évaluation du dispositif de l’ordonnance « testing », le Gouvernement analysera l’opportunité d’adapter le cadre réglementaire pour renforcer la lutte contre ces discriminations.

Le Gouvernement adoptera également un plan transversal pour l’inclusion de la jeunesse bruxelloise. Ce plan mobilisera entre autres les acteurs de l’emploi et de la formation.

Afin d’améliorer l’intégration socio-professionnelle des ressortissants étrangers, le Gouvernement évaluera la procédure d’octroi et de renouvellement des permis de travail.

Le Gouvernement bruxellois mettra en œuvre un régime de prime de soutien spécifique aux employeurs pour les travailleurs en situation de handicap.