Fonction publique locale à Bruxelles: une première mise à plat des chiffres et une perspective de négociations début 2020

Extrait d'un article paru sur RTL-INFO

Selon Bernard Clerfayt, interrogé à l'issue de la réunion, les deux délégations ont échangé leurs données chiffrées respectives. Ces chiffres seront complétés au cours du mois prochain. Une note sera ensuite rédigée et soumise à l'ensemble du gouvernement d'ici la fin de l'année. Un calendrier de négociation sera fixé à partir de la fin du mois de janvier pour hiérarchiser les demandes syndicales dans le cadre budgétaire régional, en mettant la priorité sur une revalorisation des statuts, lissée dans le temps. M.

Budget d'Actiris

Dossier publié par BX1 ce 7 novembre

Habituellement, Actiris commence l’année avec un budget en hausse. Ce ne sera pas le cas cette année. Selon nos sources, le budget 2020 d’Actiris diminuerait de 38 millions d’euros, passant de 750 à moins de 720 millions d’euros. Le cabinet Clerfayt confirme la baisse, mais pas le chiffre précis.

Ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle

Dans un contexte urbain en pleine mutation, les besoins des entreprises se transforment, et les compétences, les savoir-faire, les qualifications des Bruxellois.es chercheurs.es d’emploi et des travailleurs n'évoluent pas toujours aussi rapidement.

Le Ministre Bernard Clerfayt veut orienter la politique en matière d’Emploi et de Formation professionnelle selon les grands axes définis dans la déclaration de politique régionale (DPR).

Nous devons agir pour que les transformations en cours deviennent des opportunités pour les Bruxellois. Voici quelques-uns des axes définis par le nouveau Gouvernement bruxellois pour la législature 2019-24 :

  1. La formation professionnelle, levier essentiel d’une politique d’emploi efficace

La formation professionnelle est un des leviers essentiel pour accroître l’employabilité des Bruxellois. Afin de le renforcer ce levier il est crucial d’adapter et de faire évoluer l’offre de formation en fonction des besoins des entreprises.

Le revenu de formation sera mis en place dans le cadre des contraintes de la législation fiscale et dans un souci d’avantage effectif pour les bénéficiaires potentiels.

La formation en entreprise et la formation en alternance seront également intensifiées pour répondre aux difficultés de recrutement des entreprises.

  1. Développer les partenariats public-privé

En renforçant les structures de coopération ou en les mettant en place, le Gouvernement veut mobiliser les acteurs publics et privés travaillant sur le territoire. Les pôles formation-emploi, prévus par un accord-cadre sectoriel seront mis en place.

Quatre pôles sont d’ores et déjà prévus pour les secteurs du transport et de la logistique, de l’industrie technologique, de la construction et de l’ICT. Le Gouvernement soutiendra aussi la création d’un pôle lié à l’alimentation.

  1. La Garantie Solutions pour tous

En direction des chercheurs d’emploi, l’accompagnement individuel sera renforcé et il leur sera proposé : soit un emploi, soit un stage, soit une formation, soit une validation de compétences.

Dans les quartiers à déterminer, une expérimentation de projets pilotes «Zéro chômeur de longue durée» sera poursuivie en partenariat avec les acteurs de terrain. Les premières conclusions d’expériences similaires menées en France et les analyses en cours permettront de définir les modalités opérationnelles du projet.

  1. Des emplois durables et de qualité

Le Gouvernement lancera la réforme du dispositif de « congé-éducation payé » pour en faire un outil de formation continue, essentielle dans le cadre de la mutation du marché du travail.

De manière transversale, le Gouvernement veillera à renforcer la durabilité et la qualité des emplois : conciliation vie professionnelle – vie privée, ciblage des métiers d’avenir liés à la transition environnementale, mise en place des cellules de reconversion emploi-formation en vue du reclassement et de la reconversion des travailleurs ou tout autre dispositif ayant le même objectif.

  1. Une politique d’emploi inclusive

Les statistiques rassemblées par Unia révèlent une hausse des discriminations à l’embauche. Sur la base de l’évaluation du dispositif de l’ordonnance « testing », le Gouvernement analysera l’opportunité d’adapter le cadre réglementaire pour renforcer la lutte contre ces discriminations.

Le Gouvernement adoptera également un plan transversal pour l’inclusion de la jeunesse bruxelloise. Ce plan mobilisera entre autres les acteurs de l’emploi et de la formation.

Afin d’améliorer l’intégration socio-professionnelle des ressortissants étrangers, le Gouvernement évaluera la procédure d’octroi et de renouvellement des permis de travail.

Le Gouvernement bruxellois mettra en œuvre un régime de prime de soutien spécifique aux employeurs pour les travailleurs en situation de handicap.

La Région de Bruxelles-Capitale

Ce site web est le site officiel du Ministre de la Région de Bruxelles-Capitale Bernard Clerfayt. Y sont publiées toutes les informations relatives à ses compétences et toutes les actualités relatant l'activité ministérielle.

En juin dernier, la Région de Bruxelles-Capitale fêtait ses 30 ans. C’est la plus jeune des entités fédérées du pays. Les Bruxellois avaient en effet dû attendre près de 10 ans de plus avant de disposer des mêmes institutions démocratiques que partout ailleurs dans le pays.

Les institutions qui structurent aujourd’hui l’exercice du pouvoir en Région de Bruxelles-Capitale résultent des équilibres politiques de l'époque.

Aujourd'hui c’est surtout de la richesse et de la diversité culturelle de notre Région dont nous sommes fiers. La Région bruxelloise est avant tout un territoire où vivent ensemble Francophones et Néérlandophones, et bien d’autres habitants de cultures de langues et d’origines diverses.

Le gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale

Une nouvelle majorité parlementaire s’est formée à la suite du scrutin régional bruxellois du 26 mai. Le Parlement bruxellois a été un des premiers à élire son gouvernement et les ministres bruxellois ont prêté serment le 18 juillet 2019, soit à peine 2 mois après son élection.

Bernard Clerfayt est Ministre au sein de ce nouveau gouvernement bruxellois. Son parti, Défi, forme désormais, avec le PS, Ecolo, OpenVLD, Groen et sp.a, la nouvelle majorité qui va gouverner la Région Bruxelloise pour 5 ans.

Photo des ministres et secrétaires d'État du Gouvernement régional bruxellois pour la législature 2019-2024

Photo ci-dessus, de gauche à droite, les ministres et secrétaires d'État du gouvernement bruxellois : Bernard Clerfayt, Nawal Ben Hamou, Elke Van den Brandt, Rudi Vervoort,  Alain Maron, Pascal Smet, Barbara Trachte et Sven Gatz

Vous trouverez plus d’informations sur la composition du gouvernement régional bruxellois, les compétences des ministres bruxellois et les contacts des cabinets sur le site de la Région de Bruxelles Capitale.

Déclaration de politique régionale (DPR)

Un accord est intervenu entre les différentes composantes de la majorité bruxelloise. Celui-ci porte sur tous les aspects de la gestion de la Région de Bruxelles-Capitale : emploi, formation, entrepreneuriat, environnement, mobilité, économie, culture, ...

Vous pouvez consulter ici l’accord de la majorité régionale pour la gestion de la région de Bruxelles-Capitale (législature 2019-2024).

Vers le site de la Région de Bruxelles-Capitale