Covid-19 : les services publics se mobilisent pour rester à votre service

Les services publics se mobilisent grâce au réseau informatique et au services informatiques bruxellois

Suite aux mesures de sécurité prisent pour endiguer l’épidémie de Coronavirus, les Bruxellois sont amenés à travailler à distance.

Afin de permettre aux services publics de continuer à fonctionner, aux fonctionnaires de travailler depuis chez eux, et de donner un maximum de confort aux citoyens qui désirent contacter les services publics, le CIRB - Centre Informatique de la Région bruxelloise a redoublé d’effort.  

Après 7 jours de travail, quels sont les résultats ?

  • 50 institutions, dont 13 communes et 8 CPAS, ont marqué leur accord pour déployer le système de vidéoconférence Webex Teams. Ce service a été mis à disposition gratuitement pendant une période de 90 jours et 45 systèmes sont déjà installés.
  • 15 Numéros 0800 ont été activés.
  • 6 institutions ont déployé le système Connect.me pour gérer leurs appels téléphoniques à distance et en toute transparence.
  • 170 cartes SIM supplémentaires ont été activées.
  • Le SIAMU a été équipé en 24h de téléphones supplémentaires pour l’organisation d’un centre de crise médical.

D’autres réalisations devraient suivre dans les jours à venir.

Grâce à la digitalisation de notre économie et de notre société, nous pouvons aujourd’hui assurer la continuité du service public.

20 millions pour le secteur des titres-services en Région de Bruxelles-Capitale

Un budget de 20 millions d'euros pour le secteur des titres-services

Face à la crise économique engendrée par la pandémie du Coronavirus, le Gouvernement bruxellois a décidé de prendre des mesures économiques et sociales pour soutenir les secteurs les plus touchés et ce, pour un budget de plus de 150 millions d’euros.

Parmi ces secteurs, celui des titres-services.

Dans le flou depuis plusieurs jours, le secteur des titres-services se voit ainsi consacré un budget de 20 millions d’euros. La Région continuera à verser 14,60 € par heure, qu’elle soit prestée ou non, aux entreprises titres-services. Ce versement permettra de payer le salaire des aide-ménagères, pour autant que les entreprises ne pratiquent pas le chômage économique. Cependant, cette mesure n’est réalisable que si le fédéral accepte de supprimer les cotisations sociales pour ce secteur.

A défaut, la Région s’engage à couvrir la part du revenu des aide-ménagères non couvert par le versement du chômage temporaire

Économie sociale  

Et en ce qui concerne les entreprises d’économie sociale d’insertion, normalement exclues des aides économiques, elles pourront bénéficier de tous les dispositifs mis en place pour soutenir le tissu économique bruxellois face à la crise du Covid-19.

+ d’infos.

Covid-19 : Des démarches administratives ? Faites-les en ligne !

Durant cette période de crise du Covid-19, faites vos démarches administratives en  ligne

Bernard Clerfayt recommande aux citoyens bruxellois, sauf cas d’urgence, de ne pas se rendre dans les services administratifs bruxellois et de privilégier un maximum tous les outils électroniques mis à disposition. Les mesures d’évitement sont à l’heure actuelle le seul moyen d’endiguer la propagation du COVID-19. 

Aujourd'hui, beaucoup de démarches administratives peuvent être faites en ligne. En effet, plusieurs plateformes sécurisées facilitent l’envoi et la réception de documents légaux, sans devoir se rendre à l’administration régionale ou communale.

On y retrouve le guichet électronique IRISbox, qui propose des services régionaux et locaux en ligne. L'application "mon dossier", qui permet au citoyen de consulter son dossier personnel au Registre national. L'application "My Benefits" afin d'accéder à certains avantages sociaux. Ou encore, l'interface sécurisé My e-box, qui permet au citoyen de recevoir, conserver et gérer tous ses documents officiels de manière digitale et en toute sécurité.

« Respecter les mesures de confinement est le seul moyen d’endiguer la propagation du coronavirus. Les citoyens, dans leur contact avec les administrations communales, doivent privilégier les communications digitales et limiter leurs déplacements au strict nécessaire. D’autant qu’aujourd’hui plusieurs démarches administratives sont disponibles en ligne », explique Bernard Clerfayt, Ministre bruxellois des Pouvoirs Locaux et de la Transition numérique et Simplification administrative. 

+d'infos. 

Allocations familiales : 63,5% des familles bruxelloises devraient bénéficier d’un supplément

Le Ministre de la Région de Bruxelles-Capitale Bernard Clerfayt est aussi en charge des allocations familiales

Depuis 2020, un nouveau système d’allocations familiales est entré en vigueur en Région bruxelloise. Un système qui permet à la classe moyenne moins aisée de bénéficier d’allocations majorées.

Dans l’ancien régime, des suppléments sociaux étaient accordés sur base du statut des parents. Dans le nouveau système, c’est le revenu du ménage qui est pris en compte. Ainsi, si le revenu du ménage se situe en dessous de 45.000€, des suppléments sont accordés. Si c’est en-dessous de 31.000€, ces suppléments sont encore renforcés.

La Région ne disposera des informations sur le revenu 2019 des ménages qu’en 2021, soit dans deux ans. Afin de faire bénéficier les familles bruxelloises dès maintenant, des suppléments auxquels elles ont droit, nous avons envoyé un courrier à toutes les familles en les informant de cette nouveauté. Un peu moins de 15.000 personnes ont répondu et ont reçu leur supplément.

« Ce chiffre ne correspond évidemment pas à la réalité. Nous estimons que 63% des familles bruxelloises devraient bénéficier de ce supplément social pour accompagner au mieux le développement de leur enfant. C’est pourquoi, nous sensibilisons les Bruxellois à s’adresser à leur caisse de paiement afin de se renseigner et le cas échéant, de percevoir des montants majorés », explique Bernard Clerfayt, Ministre bruxellois en charge des Allocations familiales.  

+ d'infos. 

Un nouvel appel à projets pour améliorer le bien-être des animaux en ville

Ministre_Clerfayt_Chat_bien être animal

Pour améliorer le bien-être des animaux en Région bruxelloise, Bernard Clerfayt, Ministre bruxellois du bien-être animal lance un appel à projets à destination des 19 communes. Les communes pourront bénéficier d’un subside allant jusqu’à 7.000€.

L’appel à projet « Label Commune respectueuse du bien-être animal » permet ainsi aux communes de mettre en avant leurs actions en faveur du bien-être animal.

« La collaboration de tous les acteurs est indispensable pour assurer une vie harmonieuse avec nos animaux. C’est pourquoi, j’encourage les 19 communes à saisir cette occasion pour améliorer le bien-être des animaux bruxellois », conclut Bernard Clerfayt, Ministre bruxellois du bien-être animal.

+d'infos.

Un accord-cadre avec le secteur de l'ICT a été conclu en Région bruxelloise

Signature de l'Accord-Cadre ICT

Aujourd’hui, le Gouvernement bruxellois est fier d’annoncer la conclusion d’un nouvel Accord-Cadre, celui du secteur de l’ICT (Information et Communication Technologies).

Un secteur-clé pour l’avenir des Bruxellois et des Bruxelloises. La digitalisation de notre économie est en route, et avec elle la création de nouveaux emplois, de nouvelles compétences, mais aussi l’évolution de compétences déjà acquises par les travailleurs. Il est donc primordial de pouvoir former les Bruxellois et les Bruxelloises aux métiers de demain.

« Bruxelles est le premier bassin d’emploi du pays. Pour permettre à plus de Bruxellois d’accéder à l’emploi, nous devons sans cesse améliorer leurs qualifications. Afin qu’ils occupent les emplois actuels mais aussi ceux de demain. Et on sait que le numérique va amener de nombreux changements sur le marché de l’emploi. Grâce à cet Accord, pouvoirs publics et secteur vont définir la juste stratégie pour augmenter le taux d’emploi en Région bruxelloise. Ensemble, nous allons développer les formations adaptées aux besoins des entreprises et sans cesse évaluer si celles-ci sont toujours pertinentes. Ce sera notamment le rôle du Pôle Formation Emploi entièrement dédié au numérique, DigitalCity », observe Bernard Clerfayt, Ministre bruxellois de l’Emploi et de la Formation professionnelle.

+d’infos.

La Région lance un appel à projet pour développer l’économie sociale

BeesCOOP, un acteur bruxellois de l’économie sociale

Afin d’accentuer la transition économique et d’augmenter le taux d’emploi des Bruxellois, certains projets doivent être aidés. C’est pourquoi, Bernard Clerfayt et Barbara Trachte ont débloqué un budget d’un million d’euros pour soutenir les structures et entreprises de l’économie sociale. Les lauréats pourront bénéficier d’un soutien financier pouvant atteindre 80.000€.

L’objectif ? Contribuer à la transition de l’économie bruxelloise pour faire évoluer les entreprises vers plus de valeur ajoutée sociale et environnementale mais aussi développer des emplois durables et de qualité valorisant les compétences des Bruxellois.

En soutenant ce secteur d’activité, nous créons de la valeur ajoutée ancrée localement. En créant de la valeur ajoutée locale, nous créerons des emplois locaux et non délocalisables

+d'infos.

La Région lance un appel à projets pour lutter contre la discrimination à l’embauche

Le Ministre de la Région de Bruxelles-Capitale Bernard Clerfayt en charge de l'emploi et de la formation

Sexe, origine, âge, handicap ou encore orientation sexuelle, tout le monde n’a pas les même chances d’accéder à l’emploi en Région bruxelloise.

Une récente étude d’Actiris indique que 69% des personnes qui signalent une discrimination à l’embauche sont des femmes.

Pour lutter contre la discrimination à l’embauche, et promouvoir la diversité sur le marché de l’emploi, la Région lance un appel à projets d’un montant de 750.000 euros.

Ce nouvel appel à projets a pour objectif de promouvoir la diversité afin d’en faire une richesse pour l’entreprise. Pour faire en sorte que tous les Bruxellois et toutes les Bruxelloises puissent accéder, sans discrimination, au marché de l’emploi.

+ d’infos.

 

Augmentation du nombre d'utilisateurs pour Irisbox

Simplification administrative

Fini les files d’attente ! Grâce à Irisbox, les administrations simplifient la vie des citoyens et des entreprises.

IRISbox c’est quoi ? C’est un guichet électronique qui permet aux Bruxellois d’accéder à des documents, procédures ou formulaires interactifs en ligne : extraits d’acte (de naissance, de mariage, etc.), réservation de voirie, casier judiciaire, certificat de conformité d’un logement mis en location, demandes de remboursement, etc. Au total, près de 400 documents sont disponibles en ligne, 24h/24 et 7jours/7. C’est plus simple pour les citoyens mais aussi pour les administrations qui voient leur file d’attente diminuer.

Depuis qu’IRISbox s’est dotée fin 2018 d’une nouvelle interface plus intuitive pour les citoyens et les entreprises, son succès ne cesse de s’accroître. On compte aujourd’hui plus de 200.000 utilisateurs uniques sur un total de 545.000 ménages bruxellois.

« IRISbox est ce qu’il y a de plus visible pour les citoyens en matière de simplification administrative et de développement d’une administration moderne. Il faut continuer à transformer les relations entre les Bruxellois et les services publics. »

+ d'infos

 

 

 

Réforme des allocations familiales : Personne n’y perd, beaucoup y gagnent

Réforme des allocations familiales

Depuis le 1er janvier 2020, les allocations familiales sont entièrement à charge des Régions. 

Les allocations familiales restent un droit fondamental. Ce nouveau système d’allocations familiales, qui se veut plus égalitaire, a pour objectif de soutenir les Bruxellois, et notamment les plus fragiles, dans leur rôle de parent.

Chaque famille bruxelloise qui passe dans le nouveau système bénéficiera en moyenne de près de 40 euros supplémentaires grâce au nouveau système, avec un minimum de 23€ et un maximum de 53€.

Le nouveau système a également été élaboré de manière à ce qu’aucune famille ne soit financièrement perdante.  À Bruxelles, on compte 159.276 familles. Parmi elles, 91.164 passent dans le nouveau système des allocations familiales. Cela signifie que ces familles percevront un montant plus élevé que celui perçu début janvier. Pour les autres familles, l’ancien système étant plus favorable, elles garderont le montant perçu jusqu’ici et ne passeront dans le nouveau système que lorsqu’il sera plus favorable.

Le nouveau système prévoit, pour les enfants nés avant le 1er janvier 2020, un montant de base de 140 euros pour les enfants jusqu’à 11ans, 150€ pour les enfants de 12 à 24 ans et 160 euros pour les enfants de 18 à 24 ans inscrits dans l’enseignement supérieur. Pour les enfants nés après le 1er janvier 2020, ces montants sont augmentés de 10 euros pour atteindre 150 euros, 160 euros et 170 euros en fonction des catégories, sans compter les suppléments sociaux en fonction du revenu des familles.