Allocations des enfants bruxellois : plus d’équité et pas de chambardement

Les allocations familiales en Région de Bruxelles-Capitale

La Région bruxelloise a dorénavant sa caisse publique d’allocations familiales, Famiris.

Les Ministres Sven Gatz et Bernard Clerfayt ont voulu privilégier l’intérêt des familles bruxelloises et faire de ce changement imposé par le fédéral une opportunité pour la classe moyenne et pour les plus fragiles en Région bruxelloise. L’objectif : éviter tout préjudice pour les familles.

« Le nouveau système est équilibré : il constitue une meilleure répartition des moyens sur les familles qui en ont le plus besoin en ce compris au sein de la classe moyenne » a souligné le Ministre Bernard Clerfayt.

Un nouveau modèle d’allocations familiales

Pour construire notre modèle bruxellois, nous avons considéré que les allocations familiales étaient avant tout un droit de l’enfant.

Une mise en application progressive : Tout le monde disposera des nouveaux montants (à terme 150 euros de base par enfant) et personne n’y perdra. Plus de 70 % des familles y gagnent et les 30% restant conservent leurs droits acquis, jusqu’au moment où le nouveau modèle sera plus intéressant pour elles.

(>>>Voir notre vidéo didactique ci-dessous avec 3 exemples types)

Un modèle adapté à la réalité socio-économique bruxelloise : Plus du quart du budget des allocations est distribué en fonction du niveau socio-économique. Cela profite aux familles les plus fragiles. Car les allocations familiales représentent une ressource importante pour les familles, dans une région où 4 enfants sur 10 vivent sous le seuil de pauvreté.

Un modèle équitable :  Chaque enfant, quel que soit sa place dans la fratrie, a le même droit, par la suppression des rangs.

Les familles conserveront leur propre gestionnaire de dossiers et recevront leur premier paiement de Famiris en février 2020.

Le nouveau site de Famiris vous informe

18 Espaces Publics Numériques (EPN) labellisés

Remise des labels aux centres EPN bruxellois

En Région bruxelloise des espaces sont ouverts aux personnes qui rencontrent des difficultés avec Internet et les applications mobiles. Une excellente chose pour que chacun puisse progressivement utiliser ces outils désormais indispensables dans notre vie quotidienne.

On appelle ces centres les EPN et la Région de Bruxelles-Capitale a voulu marquer ces initiatives d’un label qualitatif. C’est pour cela que le Centre Informatique de la Région de Bruxelles-Capitale (CIRB) a labellisé 18 centres EPN.

A l’occasion de la remise des labels, le Ministre de la Transition numérique Bernard Clerfayt a souligné combien cet accompagnement était important pour l’inclusion de tous dans de processus en cours de la transition numérique.

« Je tiens donc ici à saluer le travail effectué par chacun d’entre vous auprès des personnes parfois en grande difficulté. Votre rôle pour plus de cohésion sociale à Bruxelles est primordial » a-t-il affirmé.

Voici la liste des centres EPN labellisés en Région bruxelloise :

Le Centre Informatique Brusurf, l’EPN de l’ARC, L’EPN de la bibliothèque des Riches-Claires, l’EPN Bravvo, l’Espace Public Numérique Mobile, l’EPN de la bibliothèque de Laeken, le Wijkpartenriaat De Schakel, l’EPN 1030, l’Atelier du web, l’Open Atelier 110 à Anderlecht et à Molenbeek, le Study Kids Support Asbl, l’EPN de Koekelberg, L’Entrela, L’EPN de FQS (Forest-Quartier-Santé), l’EPN d’Uccle, le Wolu Cyber Cité et enfin l’EPN Sapiens.

Remise des labels aux EPN bruxellois

La validation des compétences en plein essor

Le Ministre de l'emploi Bernard Clerfayt rencontre les centres de validation des compétences de la Région bruxelloise

Ce jeudi 24 octobre les Centres de validation des compétences bruxellois se sont retrouvés le temps d’une matinée, l’occasion de se rencontrer, de partager les bonnes pratiques et de remercier les équipes.

Le nouveau Ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle Bernard Clerfayt s’est rendu sur place pour faire part de son enthousiasme face aux résultats engrangés : le nombre de titres délivrés a été multiplié par trois.

« Trop de jeunes entrent aujourd’hui chez Actiris sans qualification et trop de travailleurs ayant acquis des compétences, parfois au cours d’une longue carrière, se retrouvent ensuite sur le carreau sans certification officielle des compétences acquises. » C’est le constat de base qu’a rappelé le Ministre, celui qui fut à l’origine du déploiement des centres de validation des compétences.

La validation des compétences est une solution adaptée pour répondre besoins de qualification, d’employabilité et de mobilité professionnelle, notamment des publics sortis sans diplômes de l’enseignement ou dont les diplômes ne sont pas reconnus en Belgique.

Les chercheurs d’emploi obtiennent ainsi une certification pour postuler de manière efficace.

Dans le cadre des journées Digital First : premières balises pour la stratégie numérique

Le Minitre de la transition numérique et de l'emploi Bernard Clerfayt participait aux journées Digital First à Bruxelles

Digital First : deux journées pour informer, échanger et rencontrer autour des nouvelles technologies du numérique. Les développeurs, l’industrie du numérique et les services étaient présents ces 16 et 17 octobre sur le site de Tour & Taxi pour multiplier les opportunités d’échange de connaissances et pour élargir leurs réseaux.

Pour le Ministre de la transition numérique et de l’emploi Bernard Clerfayt c’était l’occasion de faire un premier point à propos des enjeux du numérique pour les services aux citoyens et aux entreprises.

Bernard Clerfayt a rappelé que les outils numériques concernent tous les aspects de la vie quotidienne et souhaite favoriser un esprit d’ouverture. Ouverture des citoyens à l’utilisation des nouveaux outils. Ouverture des métiers qui ont à intégrer ces nouveaux savoir-faire, en adaptant les programmes de formation notamment. Ouverture de notre Région bruxelloise elle-même aux autres régions par la mise en place d’un pôle de compétitivité commun.

Le Ministre souhaite aussi améliorer les services en ligne, en les simplifiant, en limitant le nombre de formulaires qui collectent le même type d’informations. « Faire cela c’est limiter les pertes de temps pour les entreprises et les citoyens et c’est réduire la charge de travail pour nos administrations ! » a précisé le Ministre.

EasyBrussels : simplifier, faciliter et inclure

Le Ministre de la transition numérique et de la simplification administrative au comité de pilotage de EasyBrussels

Nous sommes 80% de Bruxellois à utiliser les outils numériques, ne fût-ce qu’à travers notre smartphone. L’accès aux services publics via les guichets numériques réduit le temps d’interface pour le citoyen connecté si les données sont centralisées et l’ergonomie étudiée.

Pour ceux d’entre nous qui éprouvent plus de difficultés, il faut des solutions tout en leur permettant de bénéficier d’apprentissages, pour une transition numérique inclusive.

Comme le Ministre de la transition numérique Bernard Clerfayt l’évoquait lors de son discours devant le comité de pilotage de EasyBrussels : « nos administrations doivent donc s’adapter très vite au changement, tout en fournissant un service adapté pour garantir aux personnes moins engagées numériquement d’avoir accès au même niveau de service. Ceci évidemment complique la dynamique du changement. […] Nous sommes le service public et nos usagers, numériquement inclus ou non, doivent être servis.»

Cette difficulté n’est pas un obstacle et le Gouvernement veut avancer car les outils numériques sont aussi une formidable opportunité pour faciliter la tâche du citoyen et des entreprises qui doivent obtenir des services et des documents officiels. L’accès facilité et l’automatisation d’une partie des interactions nous permettra de réduire les coûts.

Le service régional EasyBrussels s’est vu assigné 7 missions : inclusion numérique, marchés publics en ligne, facturation électronique, centralisation et vérification des données pour éviter les collectes de données fastidieuses (Once only), centralisation des démarches, guichet virtuel, Open Data (données publiques anonymisées).

Des règles «claires objectives et prévisibles» pour les communes et les CPAS

Première rencontre du Ministre en charge des pouvoirs locaux avec les agents de BPL

En Région bruxelloise, on a besoin de cohérence entre les communes. Parce que tous les Bruxellois, quelle que soit leur lieu de résidence, doivent bénéficier de services aux citoyens efficaces. C’est pour cela que Bruxelles Pouvoirs Locaux (BPL) accompagne et contrôle les communes et les CPAS.

Bernard Clerfayt a fait de sa commune de Schaerbeek un des exemples de bonne gestion en Région bruxelloise, et aujourd’hui, en tant que Ministre en charge des pouvoirs locaux, il veut définir avec BPL des objectifs clairs.

La priorité sera de simplifier et d’optimiser les procédures, de rendre plus lisibles les dispositions légales qui garantissent la conformité des actes des pouvoirs locaux. « En ma qualité de Ministre de tutelle, je suis un fervent partisan de règles claires objectives et prévisibles afin de permettre un maximum de transparence et d’équité dans le traitement des dossiers. Un cadre clair et défini est le meilleur garant d’une politique juste. » a déclaré Bernard Clerfayt lors de sa première rencontre avec les agents de BPL ce 24 septembre.

Bruxelles Pouvoirs Locaux est une des 6 administrations du Service Public Régional Bruxellois et emploie 100 personnes. Voici ses missions principales :

  1. Organiser juridiquement les pouvoirs locaux et les affaires intérieures
  2. Contrôler la légalité et la conformité à l’intérêt général des décisions des pouvoirs locaux
  3. Financer les pouvoirs locaux
  4. Conseiller les pouvoirs locaux, le Gouvernement ou d’autres interlocuteurs par le traitement et la diffusion des connaissances
  5. Impulser la mise en œuvre de certaines politiques régionales dans les communes
  6. Prendre des mesures d’exécution en matière d’affaires intérieures
  7. Organiser les élections communales
  8. L’indemnisation des dommages causés par des calamités publiques

PME Next, la journée des PME francophones

Ce 22 octobre, Bernard Clerfayt a pris la parole devant les entrepreneurs participant à la journé PME-Next

« 85% des personnes qui terminent une formation en alternance trouvent un emploi ! Les chiffres le prouvent, c’est LA solution. » Voilà ce qu’a indiqué Bernard Clerfayt devant les participants à la Journée des PME francophones "PME Next".

Le Ministre bruxellois de l’Emploi et de la formation professionnelle était invité à prendre la parole sur le thème « Comment soutenir le développement des PME ? ». En centrant son discours sur l’axe qui lie emploi et développement économique des entreprises, il rappelé que la qualification s’obtient grâce au rapprochement du monde de l’entrepreneuriat avec celui de la formation professionnelle et les filières traditionnelles d’enseignement.

« C’est comme cela que nous pourrons répondre aux besoins des entreprises dans les secteurs en pénurie de main d’œuvre qualifiée et innovants. »  La formation en alternance est un dispositif déjà renforcé, et à ce propos, le Ministre de l’Emploi et de la Formation a rappelé aux entrepreneurs l’utilité d’accueillir les stagiaires en formation.

Compétent pour la transition numérique, Bernard Clerfayt a bien entendu souligné l’importance cruciale des nouvelles technologies dans les programmes de formation. Les avancées technologiques d’aujourd’hui tracent les contours des métiers de demain, dont la plupart sont inconcevables à ce jour.

Jobyourself

Bernard Clerfayt, Ministre de l'Emploi et de la Formation en visite chez jobyourself

Plus de 500 candidats entrepreneurs ou indépendants sont passés par Jobyourself l’an dernier. Cette structure s’adresse prioritairement aux allocataires et accompagne le processus de définition et de mise en œuvre de leur projet.

En tant que Ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Bernard Clerfayt a rendu visite à cette structure bruxelloise dont le projet est particulièrement adapté aux besoins d’une part non négligeable des chercheurs d’emplois les plus fragilisés en Région bruxelloise.

Les services aux personnes et les initiatives nécessitant peu de fonds ou de stock sont les plus courants. Métiers liés au bâtiment ou au commerce, consultance, secteurs de la santé et du bien-être, services administratifs aux entreprises, informatique, logistique, artisanat, jardinage, alimentation … autant d’exemples de secteurs concernés.

Le Ministre a pu rencontrer des entrepreneurs-témoins comme Véronique Burgraeve de la Chocolaterie « La minuscule ». Elle avait auparavant travaillé dans le secteur du chocolat. Aujourd’hui elle conçoit l’ensemble ses recettes et maîtrise la chaîne de A à Z, de la production jusqu’au marketing en passant par la vente.

Gaëtan André de Baticrea (vidéo de présentation ci-dessous) est quant à lui Electromécanicien, après des années d’expérience dans le métier, il souhaite mettre son savoir-faire à disposition d’autres professionnels.

Madeline Escafit propose des conseils culinaires et des recettes vidéos pour de gros clients comme Delhaize. Elle vient de sortir un livre interactif de recettes « Zero waste ».

City Climate Challenge

Le Ministre Bernard Clerfayt participe au City Climate Chanllenge 303030

De positieve invloed van de klimaatverandering op de tewerkstelling is een onderwerp dat minder aan bod komt dan de gedragswijzigingen die nodig zijn, of de dreigingen. Tijdens zijn tussenkomst op de City Climate Challenge heeft minister Bernard Clerfayt een positieve bijdrage willen leveren over de veranderingen die tegen 2030 doorgevoerd moeten zijn om onze uitstoot van broeikasgassen met 35% te verminderen.

Vandaag zetten de ondernemingen uit de bouwsector zich reeds in: ze zullen een charter voor sociale en maatschappelijke verantwoordelijkheid ondertekenen om hun verbintenissen in verband met buurtbanen en de sociale economie te bevestigen.

De nieuwe uitdagingen waarvoor de ondernemingen uit de bouwsector staan, vragen om nieuwe competenties.

“De bouwsector is vragende partij voor arbeidskrachten die de nieuwste technologieën kennen, en met name milieutechnieken”, zo brengt de minister in herinnering. Alle stagiairs van Bruxelles Formation volgen overigens een opleiding om hen te sensibiliseren voor een vermindering van energieverlies, de isolering van gebouwen en de luchtdichtheid ervan.

De opleiding van 10 dagen “Initiatie ecologisch bouwen” wordt reeds jarenlang aangeboden. Bruxelles Formation Construction heeft een lokaal dat uitgerust is om de “blower door-test” uit te voeren. Daar leren de stagiairs op praktische wijze hoe ze de ruimte luchtdicht moeten maken en kunnen ze de efficiëntie van hun werk controleren.

Een ander voorbeeld: de stagiairs-dakwerkers leren op 5 dagen hoe ze een gevel moeten bekleden om de energieprestaties van gevels te verbeteren door het aanbrengen van zink.

Favoriser l’accès à l’emploi pour tous

L'observatoire bruxellois de l'emploi et de la formation présente son étude sur la discrimination à l'embauche en Région de Bruxelles-Capitale

Le taux de chômage est de 12% pour la population bruxelloise d’origine belge et oscille entre 24 et 41% pour les personnes d’origine étrangère hors Union européenne. C’est l’un des constats d’une récente étude de l’Observatoire bruxellois de l’emploi et de la formation.

Plusieurs solutions ont été mises en place pour favoriser l’accès à l’emploi pour tous, ou à tout le moins d’avoir un pied sur le marché de l’emploi. C’est le cas du stage first ou du contrat d’insertion. Simultanément des outils ont été mis en place pour réduire les mécanismes de discrimination.

Le stage First permet aux jeunes chercheurs d’emploi peu qualifiés sortant des études d’acquérir une première expérience professionnelle rémunérée. De nouvelles possibilités de validation des compétences permettent aux personnes sans diplôme de certifier les compétences acquises. 

Pour donner à chacun plus d’opportunités d’accéder à un emploi et réduire la discrimination, un plan en 10 mesures est mis en œuvre :

  1. Accélération et simplification de la reconnaissance des diplômes obtenus à l’étranger
  2. Adaptation des instruments de la diversité actuels à la réalité
  3. Octroi d’une majoration d’aides pour les entreprises qui souscrivent à un plan de diversité
  4. Renforcement de l’action du Guichet anti-discrimination d’Actiris
  5. Renforcer le contrôle du respect de la règlementation anti-discrimination dans le domaine de l’emploi
  6. Rationalisation des organes institutionnels de la diversité
  7. Réalisation d’un monitoring de la diversité
  8. Renforcement de l’approche sectorielle
  9. Réorientation du « Fonds de l’expérience professionnelle »
  10. Orientation du secteur des titres-services en faveur de la diversité

Télécharger l’étude de l’Observatoire bruxellois de l’emploi et de la formation : "Profil et trajectoire des chercheurs d’emploi en Région de Bruxelles-Capitale".